Des bibliothèques qui brûlent (vol. 8, no. 2 de la RHUS)

C'est avec grand plaisir que je signale à mes lecteurs la sortie du plus récent numéro de la Revue d'histoire de l'Université de Sherbrooke. On y retrouvera des textes de deux de mes étudiants: "Portrait du colonisé canadien-français selon la revue Parti pris (1963-1968)"  JEAN-PHILIPPE CARLOS Doctorant en histoire à l’Université de Sherbrooke Résumé : … Lire la suite de Des bibliothèques qui brûlent (vol. 8, no. 2 de la RHUS)

(Sub)urbanités : vendre l’idéal suburbain aux Montréalais (1950-1969)

Voici le résumé de la communication que j'aurai le plaisir de présenter au 68e congrès de l'IHAF samedi le 17 octobre: La suburbanisation n’est pas une nouveauté dans l’Amérique du Nord des années 1950, mais c’est durant cette décennie qu’elle se déploie de manière spectaculaire, à la fois dans l’espace urbain et dans l’imagination. Rapidement … Lire la suite de (Sub)urbanités : vendre l’idéal suburbain aux Montréalais (1950-1969)

Lancement de Des sociétés distinctes

C'est dans le cadre du 68e congrès de l'Institut d'histoire de l'Amérique française, qui se tient la semaine prochaine à Montréal, que sera lancé mon livre Des sociétés distinctes. Gouverner les banlieues bourgeoises de Montréal, 1880-1939.  Le lancement en tant que tel aura lieu à l'hôtel Delta sur Président-Kennedy à 18h00, juste avant le traditionnel banquet. Je … Lire la suite de Lancement de Des sociétés distinctes

Nouvelles perspectives en histoire politique: la politique au Québec à travers ses acteurs, ses espaces et ses institutions (19e et 20e siècles)

Université de Sherbrooke - 8 avril 2016 Depuis le début de la décennie 1990, l’histoire politique constitue un champ historiographique de plus en plus privilégié par les historiens québécois. Longtemps éclipsée par la prédominance de l’histoire sociale, l’histoire politique a néanmoins connu un renouvellement notable qui s’est traduit par une volonté de « rénover une … Lire la suite de Nouvelles perspectives en histoire politique: la politique au Québec à travers ses acteurs, ses espaces et ses institutions (19e et 20e siècles)

Au programme cet automne: l’histoire sociale du Québec au 20e siècle

D'abord, quelques mots sur le retour au travail d'un blogueur infidèle: c'est avec une grande naïveté que j'espère revenir à des contributions plus régulières sur ce blogue qui souffre un peu de négligence. Le trimestre d'automne qui s'amorce est pour moi une période de préparation pour une sabbatique qui commencera le 1er janvier prochain et … Lire la suite de Au programme cet automne: l’histoire sociale du Québec au 20e siècle

« Contacts, échanges et ruptures : l’évolution du réseau intellectuel indépendantiste québécois à travers ses revues (1956-1968) »

C'est avec grand plaisir que j'annonce le dépôt final du mémoire que Jean-Philippe Carlos a réalisé sous ma direction. Intitulé "Contacts, échanges et ruptures : l’évolution du réseau intellectuel indépendantiste québécois à travers ses revues (1956-1968)", il explore l'évolution des réseaux intellectuels indépendantistes entre la fin des années 1950 et la création du Parti québécois … Lire la suite de « Contacts, échanges et ruptures : l’évolution du réseau intellectuel indépendantiste québécois à travers ses revues (1956-1968) »

Gouverner Montréal: une activité complexe et changeante

Belle recension de l’ouvrage collectif que j’ai co-dirigé avec Donald Fyson et Léon Robichaud.

Trahir

Critique de La gouvernance montréalaise : de la ville-frontière à la métropole, Léon Robichaud, Harold Bérubé et Donald Fyson (dir.), Montréal, Éditions MultiMondes, 2014.

Par Frédéric Mercure-Jolette, Montréal

La gouvernance montréalaiseIssu d’un colloque tenu en avril 2012, La gouvernance montréalaise : de la ville-frontière à la métropole, dirigé par Léon Robichaud, Harold Bérubé et Donald Fyson, représente bien la fertilité actuelle des études sur Montréal. Ce livre contient des contributions de neuf chercheurs qui, étonnamment, n’avaient pas participé au volumineux Histoire de Montréal et de sa région publié deux ans plus tôt. De ce groupe, on compte trois jeunes historiens, Harold Bérubé, Nicolas Kenny et Mathieu Lapointe qui ont fait paraître en 2014 une version remaniée de leur thèse de doctorat[i]. C’est donc dire que la communauté des chercheurs travaillant sur Montréal s’élargit. Tentant de dresser le portrait de l’évolution historique de la gouvernance montréalaise, ce livre…

Voir l’article original 1 472 mots de plus