Gouverner Montréal: une activité complexe et changeante

Belle recension de l’ouvrage collectif que j’ai co-dirigé avec Donald Fyson et Léon Robichaud.

Trahir

Critique de La gouvernance montréalaise : de la ville-frontière à la métropole, Léon Robichaud, Harold Bérubé et Donald Fyson (dir.), Montréal, Éditions MultiMondes, 2014.

Par Frédéric Mercure-Jolette, Montréal

La gouvernance montréalaiseIssu d’un colloque tenu en avril 2012, La gouvernance montréalaise : de la ville-frontière à la métropole, dirigé par Léon Robichaud, Harold Bérubé et Donald Fyson, représente bien la fertilité actuelle des études sur Montréal. Ce livre contient des contributions de neuf chercheurs qui, étonnamment, n’avaient pas participé au volumineux Histoire de Montréal et de sa région publié deux ans plus tôt. De ce groupe, on compte trois jeunes historiens, Harold Bérubé, Nicolas Kenny et Mathieu Lapointe qui ont fait paraître en 2014 une version remaniée de leur thèse de doctorat[i]. C’est donc dire que la communauté des chercheurs travaillant sur Montréal s’élargit. Tentant de dresser le portrait de l’évolution historique de la gouvernance montréalaise, ce livre…

View original post 1 472 mots de plus

Publicités

À la recherche de l’americanité – Jour 3

  

Jour 3 – 5 mai

La journée devait commencer par l’ascension de Willis Tower pour une observation du haut des airs de Chicago et de sa région. La météo en a décidé autrement: un assez lourd brouillard a pesé sur la ville toute la journée. Nous avons modifié notre programme. Nous avons plutôt suivi la rivière Chicago pour observer de plus près quelques joyaux architecturaux de la ville.

   

Nous avons exploré l’intérieur de Union Station, l’une des dernières grandes gares urbaines de la ville et le point autour duquel devait se développer l’ouest du Loop selon le Plan of Chicago et Daniel Burnham. Cette visite nous a également permis de réfléchir à la centralité exceptionnelle de Chicago dans le réseau ferroviaire américain, centralité qui a cimenté sa position comme métropole du Midwest. 

Nous avons également été sur le site du Sauganash Hotel, petit établissement construit par un couple de Canadiens français en 1831 – Marc et Monique Beaubien – et où fut voté l’incorporation de Chicago et élu son premier conseil municipal.

 Nous sommes également aller voir le colossal Merchandise Mart, qui, construit en 1930, demeure le plus vaste bâtiment commercial au monde avec un colossal 4,2 millions de pieds carrés de plancher. Avec une partie du groupe, nous sommes également aller (re)visiter l’exposition consacrée au peintre Afro-américain Archibald Motley au superbe Chicago Cultural Center.

 

 L’après-midi à été consacrée à ce qu’il convient d’appeler la vitrine de Chicago: l’avenue Michigan. Nous sommes donc partis du Hilton de Chicago qui se trouve tout au sud du Loop et nous en avons profiter pour visiter son riche intérieur, incluant l’une de ses deux salles de bal (la petite).

Au nord de la rivière Chicago, nous sommes passés du côté du Magnificent Mile et des bâtiments qui en gardent en quelques sorte l’entrée, le Wrigley Building et le Chicago Tribune Building, deux des gratte-ciel les plus iconiques de la ville. Cette expédition s’est terminée, comme il se doit, devant la Water Tower, seule survivante de l’incendie de 1871.

 

La journée s’est terminée par un souper et un excellent spectacle de blues chez Buddy Guy’s Legends.

Comme mon réveil-matin m’attends à 3h15 demain matin pour un vol vers La Nouvelle-Orléans, mon résumé de notre dernière journée à Chicago devra attendre!

À la recherche de l’américanité – Jours 1 et 2

  

Mon collègue Jean-Pierre Le Glaunec et moi nous sommes mis en route hier avec 24 étudiants de premier et deuxième cycles pour un voyage d’études de dix jours à Chicago et La Nouvelle-Orléans, voyage que nous préparons depuis presque un an.

Jour 1 – 3 mai

La première journée du voyage a pris la forme d’une véritable odyssée, notre autobus nous lâchant à quelques dizaines de mètres de la frontière américaine. Sauvés par un chauffeur providentiel – merci Roland -, qui abandonna son BBQ pour se mettre en route en catastrophe,  nous sommes finalement arrivés à temps au petit aéroport de Burlington (où on mange d’excellente crêpes d’ailleurs).

Le vol Burlington-Détroit eu le mérite d’être assez tranquille, mais les choses se compliquèrent une fois en piste pour Chicago. Des vents violents du côté de Chicago – c’est la Windy City après tout – menacèrent de nous clouer au sol à Détroit où nous aurions eu le singulier plaisir de passer la nuit. Heureusement, les conditions s’amélioreront quelque peu, mais l’atterrissage à O’Hare fut probablement un des plus brutaux de ma carrière de voyageur.

Une heure additionnelle en L-Train nous mena au cœur de la ville, épuisés mais d’assez bonne humeur.

Jour 2 – 4 mai

  

Faisant un généreux détour pour éviter les installations massives de la NFL Draft (qui aurait cru que nous avions manqué ça?), nous nous sommes retrouvés devant une Buckingham Fountain désespérément fermée. Heureusement, le magnifique lac Michigan ne prend pas de telles pauses.

Notre matinée a été consacrée à l’excellente croisière qu’organise la Chicago Architecture Foundation sur la rivière Chicago. Animée par une guide divertissante et érudite, elle permet aussi et surtout d’apprécier certains des principaux gratte-ciel du Loop depuis une perspective unique, dégagée par rapport aux canyons urbains du centre-ville.

  
L’après-midi nous a permis de nous attaquer au Loop à pied et d’explorer certains des recoins du centre-ville moins visibles depuis la rivière Chicago. Nous avons notamment pu observer de près certains des magnifiques lobbys des cathédrales du Nouveau Monde que sont certains des gratte-ciel du centre-ville. 

  
J’ai été particulièrement impressionné par l’intérieur de The Rookery, refait entièrement par Frank Lloyd Wright en 1905. Nous avons terminé cette première incursions dans le cœur politique de Chicago, entre le magnifique Hôtel de Ville – où nous avons dû renier le Canadien au profit des Blackhawks pour obtenir la collaboration de la sécurité locale -, l’édifice de l’administration de Cook County et Daley Plaza, lieux immortalisés dans la finale des Blues Brothers.

Demain matin, le sommet de Willis Tower nous attend.