La Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme a 50 ans : période révolue ou projet inachevé?

Capture d’écran 2016-02-25 à 10.26.29

Comme je le mentionnais dans mon billet précédent, le colloque annuel du CRCCF sera l’occasion de lancer le prochain numéro de Mens. Il s’agit d’un numéro double consacré au dossier « La Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme a 50 ans : période révolue ou projet inachevé? », dirigé par François Charbonneau de l’Université d’Ottawa.

En voici le sommaire:

François Charbonneau
Présentation

Articles

Daniel Bourgeois
La commission BB et la bureaucratie fédérale

François Charbonneau
« Ce n’est pas à strictement parler un “idéal” que nous soumettons » : la commission Laurendeau-Dunton et la Ville d’Ottawa

Christophe Traisnel et Anne-Andrée Denault
Quarante ans de pacification tranquille : du projet de reconnaissance politique de la commission Laurendeau-Dunton aux politiques de protection des francophones en situation minoritaire

Valérie Lapointe-Gagnon
Les origines intellectuelles de la commission Laurendeau-Dunton : de la présence d’une volonté de dialogue entre les deux peuples fondateurs du Canada au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, 1945-1965

Srilata Ravi et Claude Couture
En filigrane : l’Empire britannique comme toile de fond de la commission Laurendeau-Dunton et des années 1960

Stéphanie St-Pierre
Mémoires de l’Acadie et du Canada français hors Québec : les minorités de langue française et la commission Laurendeau-Dunton

Comptes rendus

Sandria P. Bouliane
Claudine Caron. Léo-Pol Morin en concert

Vincent Lambert
Julien Goyette et Claude La Charité (dir.), Joseph-Charles Taché polygraphe

Jonathan Livernois
Simon Nadeau, L’autre modernité

Dominique Marquis
Martin Roy, Une réforme dans la fidélité : la revue Maintenant (1962-1974) et la « mise à jour » du catholicisme québécois

Benoît Melançon
Catherine Ferland et Dave Corriveau, La Corriveau : de l’histoire à la légende

Denis Monière
Alain Lavigne, Lesage, le chef télégénique : le marketing politique de « l’équipe du tonnerre »

Bonne lecture!

 

Publicités

Le bilinguisme dans la Cité

Capture d’écran 2016-02-24 à 10.10.56

Les 3, 4 et 5 mars prochain, je participerai au colloque annuel du Centre de recherche en civilisation canadienne-française à Ottawa. Ce sera pour moi l’occasion de prendre part au lancement du prochain numéro de Mens, sur la commission B&B, mais également de présenter une communication sur le « bilinguisme dans la Cité ». En voici un résumé:

Si la langue est un reflet des « relations de domination et des inégalités existantes dans la société » (Martel et Pâquet, 2010), au Canada, ces rapports de pouvoir et ces inégalités sont particulièrement visibles, voire parfois spectaculaires, dans la ville qui fut longtemps la métropole économique du pays, Montréal. À partir des années 1960, la ville est au cœur de grands affrontements linguistiques qui déchirent la société québécoise et ont des échos notables dans le reste du pays. Même si cette époque semble révolue, la région métropolitaine demeure au cœur des préoccupations des nationalistes québécois et est le théâtre d’un bilinguisme à géométrie variable. Dans cette communication, je propose de revenir aux racines des combats menés pour défendre la place de la langue française dans l’espace public montréalais. À travers les écrits du jésuite Joseph-Papin Archambault, qui intervient sur le sujet sous le pseudonyme de Pierre Homier dans les pages du Devoir et de l’Action française dans les années 1910 et 1920, je montrerai que, tout en demeurant plutôt conciliant, Archambault renouvelle l’argumentaire utilisé pour en arriver à une coexistence plus équilibrée des deux langues dans la métropole, qu’il se fait l’apôtre d’un véritable bilinguisme à l’échelle locale. Cela dit, comme on le verra, ce bilinguisme apparaîtra parfois dans ses écrits comme une simple étape devant mener à la reconquête linguistique de Montréal.

Lors du colloque, il y aura également lancement du plus récent ouvrage de Mathew Hayday, So They Want Us To Learn French: Promoting and Opposing Bilingualism in English-speaking Canada (UBC Press, 2015). Vous trouverez le programme complet de l’événement ici.