À la recherche de l’américanité – Jours 1 et 2

  

Mon collègue Jean-Pierre Le Glaunec et moi nous sommes mis en route hier avec 24 étudiants de premier et deuxième cycles pour un voyage d’études de dix jours à Chicago et La Nouvelle-Orléans, voyage que nous préparons depuis presque un an.

Jour 1 – 3 mai

La première journée du voyage a pris la forme d’une véritable odyssée, notre autobus nous lâchant à quelques dizaines de mètres de la frontière américaine. Sauvés par un chauffeur providentiel – merci Roland -, qui abandonna son BBQ pour se mettre en route en catastrophe,  nous sommes finalement arrivés à temps au petit aéroport de Burlington (où on mange d’excellente crêpes d’ailleurs).

Le vol Burlington-Détroit eu le mérite d’être assez tranquille, mais les choses se compliquèrent une fois en piste pour Chicago. Des vents violents du côté de Chicago – c’est la Windy City après tout – menacèrent de nous clouer au sol à Détroit où nous aurions eu le singulier plaisir de passer la nuit. Heureusement, les conditions s’amélioreront quelque peu, mais l’atterrissage à O’Hare fut probablement un des plus brutaux de ma carrière de voyageur.

Une heure additionnelle en L-Train nous mena au cœur de la ville, épuisés mais d’assez bonne humeur.

Jour 2 – 4 mai

  

Faisant un généreux détour pour éviter les installations massives de la NFL Draft (qui aurait cru que nous avions manqué ça?), nous nous sommes retrouvés devant une Buckingham Fountain désespérément fermée. Heureusement, le magnifique lac Michigan ne prend pas de telles pauses.

Notre matinée a été consacrée à l’excellente croisière qu’organise la Chicago Architecture Foundation sur la rivière Chicago. Animée par une guide divertissante et érudite, elle permet aussi et surtout d’apprécier certains des principaux gratte-ciel du Loop depuis une perspective unique, dégagée par rapport aux canyons urbains du centre-ville.

  
L’après-midi nous a permis de nous attaquer au Loop à pied et d’explorer certains des recoins du centre-ville moins visibles depuis la rivière Chicago. Nous avons notamment pu observer de près certains des magnifiques lobbys des cathédrales du Nouveau Monde que sont certains des gratte-ciel du centre-ville. 

  
J’ai été particulièrement impressionné par l’intérieur de The Rookery, refait entièrement par Frank Lloyd Wright en 1905. Nous avons terminé cette première incursions dans le cœur politique de Chicago, entre le magnifique Hôtel de Ville – où nous avons dû renier le Canadien au profit des Blackhawks pour obtenir la collaboration de la sécurité locale -, l’édifice de l’administration de Cook County et Daley Plaza, lieux immortalisés dans la finale des Blues Brothers.

Demain matin, le sommet de Willis Tower nous attend.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s