« L’inspecteur général de la Ville de Montréal : le salut vers une ville intègre ? »

Ce vendredi, j’ai le plaisir de participer à un atelier sur la collusion et la corruption à Montréal à l’Université McGill. Je discuterai des rapports parfois un peu tordu, au niveau de la culture politique, entre métropolisation, suburbanisation et corruption.

L’inspecteur général de la Ville de Montréal : le salut vers une ville intègre ?

Suite à son élection à la mairie de Montréal, Denis Coderre veut réaliser son engagement d’une «ville intègre» en créant «un bouclier contre la corruption et la collusion» par le biais de la création du poste «d’inspecteur général, un officier indépendant relevant du conseil municipal et ayant un réel pouvoir de contrainte et d’enquête à la Ville».

Le Gouvernement du Québec a ainsi déposé le 12 février dernier le projet de Loi no. 73 intitulé Loi concernant l’inspecteur général de Montréal afin de créer ce poste. Le 12 février également Me Denis Gallant était proposé pour occupé le poste.

Ce poste est-­‐il véritablement le meilleur «bouclier contre la corruption et la collusion» ?

Comment tirer profit des expériences passées et récentes de corruption à la Ville de Montréal pour établir des balises efficaces à la lutte à la corruption et à la collusion ?

Quels sont les pouvoirs dont disposent la Ville de Montréal en matière de lutte à la collusion et la corruption ?

Quels sens donner aux concepts de collusion et de corruption ?

Que peut-­‐on apprendre des cas des autres villes québécoises et canadiennes ?

Le Centre de recherche interdisciplinaire en études montréalaises de McGill (CRIEM) organise deux tables rondes autour de la collusion et de la corruption à Montréal afin de favoriser une compréhension large des enjeux actuels en cause. Un premier panel pour revoir et analyser des expériences historiques et un deuxième panel pour dégager des pistes d’avenir.

Quand : 28 février 2013 à partir de 13h

Lieu : Théâtre Paul-­‐Desmarais, Centre canadien d’architecture, 1920, rue Baile, Montréal.

Inscription obligatoire au https://www.mcgill.ca/centre-­‐montreal/fr https://www.mcgill.ca/centre-­‐montreal/

Programmation

Animation : Daniel Weinstock, Université McGill

13h à 15h

Leçons du passé-­‐Looking back

Marc-­‐Antoine Dilhac, Département de philosophie Université de Montréal (définition et évolution des concepts de collusion et corruption)

Harold Bérubé, Département d’histoire, Université de Sherbrooke (gouvernance de Montréal, perspective historique)

Mathieu Lapointe, chercheur post-­‐doctoral McGill (moeurs, corruption et contexte du Montréal du 20e siècle)

15h30 à 17h30

Visions d’avenir

André Fortier, directeur, Observatoire de l’Administration publique, ÉNAP (Perspective comparée)

Danielle Morin, Service de l’enseignement des sciences comptables, HEC (Nécessité de la création de ce poste selon une perspective administrative)

Mario Paul-­‐Hus, Associé principal, Municonseil (le cadre juridique)

Publicités

Table ronde : l’oeuvre de l’architecte Joseph Venne

Cover_JosVenne

Pour ceux et celles qui s’intéressent à l’environnement matériel des villes:

Mercredi 12 février à 18 h 30, à l’Écomusée du fier monde

Montréal, le mardi 4 février 2014.- À la suite de la publication de l’ouvrage Sur les traces de Joseph Venne aux éditions du Septentrion, l’Écomusée du fier monde organise une table ronde autour de l’œuvre de l’architecte. La vie et la carrière de Venne, son style architectural ainsi que son importance pour la profession d’architecte seront abordés. Cet événement gratuit se déroule dans le cadre du 25e anniversaire de Septentrion. Assistez à cette soirée le mercredi 12 février 2014, à 18 h 30, à l’Écomusée du fier monde.

Joseph Venne (1858-1925)

Né en 1858 dans le quartier Sainte-Marie où il habitera sa vie durant, Joseph Venne a participé à la construction de près de 150 édifices, dont plusieurs églises et bâtiments religieux parsèment le Québec, le Canada et la Nouvelle-Angleterre. Il a concouru à la construction d’édifices civils, dont la Banque du Peuple et le Monument National. Innovateur technique et citoyen engagé, il a contribué à la rédaction du premier code du bâtiment de la ville de Montréal. Il a collaboré à la fondation de l’Association des architectes de la province de Québec et de l’Institut d’architecture du Canada. Pas étonnant que le journal La Presse l’ait désigné parmi les personnalités qui ont pris part à l’édification de Montréal à l’ère de la révolution industrielle.

Table ronde autour de son œuvre

La table ronde débutera par un rappel du parcours de Joseph Venne et de son engagement, dans le contexte socio-économique des années 1850 aux années 1920. L’exemple de l’église Saint-Enfant-Jésus du Mile-End permettra d’aborder la notion d’éclectisme et d’illustrer les modèles et les sources d’inspiration de Venne. Son rôle dans la création de l’Association des architectes de la province de Québec et dans la professionnalisation du métier sera expliqué.

Intervenants :

– Soraya Bassil, chargée de projet en patrimoine et en muséologie, chargée de cours à l’UQAM dans le cadre du DESS en architecture moderne et patrimoine, et co-auteure du livre Sur les trace de Joseph Venne, architecte (1858-1925)

– Jacques Lachapelle, membre de l’Ordre des architectes du Québec, historien de l’architecture spécialisé en architecture québécoise, professeur titulaire à l’École d’architecture de l’Université de Montréal et président du Conseil du patrimoine de Montréal

– André Bourassa, architecte et ancien président de l’Ordre des architectes du Québec

Mercredi 12 février 2014, de 18 h 30 à 20 h
Activité gratuite
Réservations : 514 528-8444 ou info@ecomusee.qc.ca
Cliquez ici pour consulter la page de l’événement

Écomusée du fier monde
2050, rue Amherst (angle Ontario)
Métro Berri-UQAM
ecomusee.qc.ca

La publication Sur les traces de Joseph Venne est disponible en librairie et aux éditions du Septentrion.