« Who Governs? » : gouvernance, citoyenneté et culture politique dans les petites et moyennes villes du Québec (1855-1939)

WhoGoverns

Ce vendredi, je prendrai part à l’atelier organisé par Benoît Morissette et Frédéric Mercure-Jolette dans le cadre du congrès annuel de la Société québécoise de science politique (SQSP) à l’Université Laval. Intitulé « La gouvernance urbaine devant son histoire », cet atelier me permettra d’explorer certaines des bases conceptuelles et théoriques du projet de recherche « Une gouvernance municipale en construction dans un Québec en mutation (1900-1939) » que je mène avec Amélie Bourbeau.

Voici le programme de cet atelier prometteur, ainsi que le résumé de ma communication:

Introduction : Trois stratégies pour interroger la gouvernance urbaine

Frédéric Mercure-Jolette, Sciences politiques, Université de Montréal.

Séance 1 : Méthodologie et théorie

Gilles Pison, Institut d’études politiques de Bordeaux. « Gouvernance et sociologie de l’action organisée. Action publique, coordination et théorie de l’État »

Renaud Payre, Institut d’études politiques de Lyon. « Un ordre politique urbain ? Catégories d’analyse et régulation politique des territoires urbains »

Patrick Turmel, Philosophie, Université Laval. « La gouvernance urbaine du point de vue de la justice sociale »

Commentaire : Pierre Hamel, Sociologie, Université de Montréal

Séance 2 : Perspective historique

Harold Bérudé, Histoire, Université de Sherbrooke. «  “Who Governs?” : gouvernance, citoyenneté et culture politique dans les petites et moyennes villes du Québec (1855-1939) »

Dany Fougères, Histoire, Université du Québec à Montréal. « La gouvernance en période d’innovations techniques urbaines accélérées. L’administration de Montréal et ses travaux publics dans le dernier tiers du XIXe siècle »

Benoît Morissette, Sciences politiques, Université de Montréal. « Agent de l’État? Le gouvernement local et l’idéologie libérale au Canada (1839-1887) ».

Commentaire : Pierre-Yves Saunier, Département des sciences historiques, Université Laval

Séance 3 : Perspective contemporaine

Olivier Roy-Baillargeon, Urbanisme, Université de Montréal. « La symbiose de la planification et de la gouvernance territoriales: Le cas du Grand Montréal »

Jean-Philippe Meloche, Urbanisme, Université de Montréal. « Le financement des services locaux et les frontières municipales dans la région métropolitaine de Montréal »

Anne Mévellec et al., École d’études politiques, Université d’Ottawa. « De la gouvernance de la capitale nationale du Canada à la gouvernance urbaine des villes d’Ottawa et de Gatineau »

Caroline Andrew, École d’études politiques, Université d’Ottawa. « La gouvernance urbaine, et le cadre d’urbanisme en Ontario : une étude de cas de la Ville d’Ottawa»

Commentaire : Laurence Bherer, Sciences politiques, Université de Montréal

Cette proposition de communication s’inscrit dans le premier axe proposé dans le cadre de cet atelier, c’est-à-dire qu’elle aura pour but d’exposer et de défendre l’utilisation du concept de gouvernance urbaine pour rendre compte des politiques urbaines et de leur histoire. Nous prendrons comme point de départ le classique de Robert A. Dahl, Who Governs? Democracy and Power in an American City, pour faire le point sur les questions fondamentales auxquelles est confronté le chercheur qui s’intéresse à l’histoire politique locale et municipale. À partir de là, nous expliquerons pourquoi nous avons choisi d’avoir recours au concept de gouvernance pour étudier les petites et moyennes villes du Québec, qu’il s’agisse de travaux passés sur les banlieues bourgeoises de Montréal ou de recherches actuelles sur la construction de la gouvernance municipale dans les petites et moyennes villes du Québec entre la mise en place du régime municipal au milieu du 19e siècle et le début de la Seconde Guerre mondiale. Dans ces recherches, nous allions le concept de gouvernance, qui invite à étudier le pouvoir en dépassant les structures formelles de gouvernement, à la notion de citoyenneté, qui est souvent utilisée dans son sens national, mais rarement au niveau municipal. Il s’agit pour nous de déterminer si les mécanismes de la gouvernance favorisent la formation d’une citoyenneté, définie ici comme un sentiment d’appartenance envers la localité et, à l’inverse, comment un tel sentiment d’appartenance peut contribuer, à son tour, à la gouvernance municipale. Ce faisant, nous voulons mieux comprendre la culture politique locale, et plus spécifiquement les rapports qui se tissent ou se défont entre administration locale et société civile.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s