Montréal 1642-1942: 24 mai 1942

Capture d_écran 2017-08-18 à 15.52.21

En mai dernier, après avoir relaté le « moment fort » des fêtes du tricentenaire, je dois confesser que j’ai un peu laissé de côté ce projet de revisiter l’entièreté des fêtes. Une liste de choses à faire bien remplie et une vie familiale demandante m’ont amené à prioriser d’autres dossiers avant le répit tant attendu des vacances estivales. J’hésitais à revisiter la question jusqu’à ce que je sois appelé à y revenir dans le cadre de l’école d’été du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal ce lundi. Les débuts d’année académique étant propices aux bonnes intentions, j’ai décidé de m’y lancer de nouveau…

Nous revoilà donc dans une métropole sur laquelle pèse le nuage sombre de la guerre et où le comité religieux des fêtes tâche, envers et contre tous, de célébrer le tricentenaire de la fondation de Ville-Marie (et pourquoi pas relire mon introduction au projet?).

Le 24 mai, et comme ils le feront encore souvent, les organisateurs des fêtes se contentent en quelque sorte d’apposer le sceau du tricentenaire à un autre événement du calendrier nationaliste canadien-français. Il s’agit, on l’aura peut-être deviné, de la fête de Dollard des Ormeaux. La légende de Dollard, qu’a bien décrypté Patrice Groulx dans sa monographie sur le sujet, sert bien les ambitions du comité religieux des fêtes. Le valeureux guerrier et ses compagnons se seraient sacrifiés pour la salut de Ville-Marie suite à une messe où ils auraient fait le serment de protéger la cité à tout prix.

Cette fois-ci, le comité s’appuie sur l’ACJC et comme l’explique le secrétaire des fêtes:

L’année du IIIe Centenaire de Ville-Marie était toute indiquée pour donner encore plus d’ampleur à cette manifestation annuelle. Une aide substantielle de la Commission du IIIe Centenaire permit, en effet, à l’ACJC d’obtenir un succès sans précédent.

À une « Veillée d’armes » le 23 succède donc une messe pontificale et un traditionnel défilé où les onze corps de cadet de la ville sont en vedette. S’y ajoutent deux fanfares, des corps de scouts et de guides, « d’Évangélines » et de « Filles de Maisonneuve », et les habituels dignitaires laïcs et religieux. La foule compterait une dizaine de milliers de personnes et le défilé aboutit au monument de Dollard des Ormeaux devant lequel on dépose de nombreuses gerbes de fleurs.

Bonne fin de semaine!

Publicités

One Reply to “Montréal 1642-1942: 24 mai 1942”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s