Separare le aziende: la suburbanisation comme pratique antiurbaine à Montréal (1880-1939)

Capture d’écran 2014-10-16 à 13.51.15

Ayant malheureusement très peu de temps ces jours-ci pour nourrir mon blogue de contributions qui répondent aux excellents principes récemment mis de l’avant par Sean Kheraj (mais ça viendra), j’en suis réduit à l’auto-promotion (et aux traductions hâtive sur « Babel Fish » pour ce qui est du titre de cet article).

Tout ceci pour dire que je m’envole dans quelques jours pour un colloque à Bologne sur le thème « Le bien-être en ville: espaces urbains, langues, cultures et sociétés. Une vitrine pour le Québec ». J’y présenterai mon livre à paraître en décembre chez McGill-Queen’s. Le programme est magnifiquement pluridisciplinaire et je m’attends à de riches discussions sur les différentes facettes de l’urbanité. Ce sera pour moi un premier séjour en Italie et je suis curieux d’échanger avec mes collègues de la péninsule.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s